Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ticad.jpg
TUNIS, 17 nov 2007 (TAP) - La Tunisie abritera, les 21 et 22 novembre 2007, les travaux de la réunion préparatoire régionale de la 4ème conférence internationale de Tokyo pour le développement en Afrique «TICAD IV», qui aura lieu au Japon en 2008.

La réunion préparatoire de Tunis rassemblera une trentaine de délégations représentant les pays d'Afrique du nord (6 pays, 4 du Maghreb Arabe en plus de l'Egypte et du Soudan), d'Afrique de l'ouest (16 pays) et d'Afrique centrale (8 pays).

La conférence internationale de Tokyo est une initiative du Japon pour l'aide au développement en Afrique. Elle a pour objectif principal de vulgariser, voire de mieux faire connaître, sur une plus grande échelle, des questions majeures sur le développement dans le continent noir.

C'est dans cette optique que les organisateurs ont retenu pour TICAD IV le thème « vers une Afrique qui gagne, un continent d'espoirs et d'opportunités ». «Cette réunion revêt une grande importance aussi bien pour la Tunisie que pour l'ensemble des pays africains qui y prendront part» a déclaré à l'agence Tap, M. Hidekazu NAGASAWA, conseiller de l'ambassadeur du japon à Tunis avant d'ajouter:"il est inadmissible de nos jours de concevoir le développement dans le monde sans celui de l'Afrique".

M. Nagasawa a souligné que le Japon, partenaire de la Tunisie depuis 1977, projette de hisser à des paliers supérieurs la coopération avec ce pays dont le modèle de développement est reconnu internationalement comme un exemple à suivre pour la région d'Afrique du nord et de l'Afrique en général.

«La Tunisie peut jouer, en conséquence, un rôle important dans le développement d'un partenariat triangulaire ou multilatéral compte tenu de son positionnement géographique stratégique en méditerranée et de son ouverture sur l'Europe et sur les pays africains » a-t-il poursuivi.

Selon M. Nagasawa, «la Tunisie et le Japon ont en commun beaucoup de similitudes (superficie, taille du marché, ressources limitées)». La similitude la plus significative demeure, selon lui, le pari des deux pays sur le facteur humain.

Cette approche, a t il dit, peut aider à exporter les modèles de développement réussis à d'autres pays africains et à réaliser les objectifs de la TICAD IV et ceux du millénaire (ODM).

Rappelons que les trois piliers sur lesquels repose l'initiative du Japon ont été annoncés lors de TICAD III. Il s'agit du « développement centré sur l'être humain », de "la réduction de la pauvreté par le biais de la croissance économique" et de «la consolidation de la paix ».

Au programme de la réunion préparatoire de Tunis, figurent des questions touchant à l'examen des mécanismes à mettre en place pour renforcer la coordination avec l'union africaine et entre les donateurs y compris ceux des pays émergents, l'échange d'expertises à travers la présentation de l'expérience asiatique, le soutien à la coopération sud-sud et triangulaire, en particulier Asie-Afrique et Afrique-Afrique.

Les délégations participantes débattront de sujets portant sur le développement des ressources humaines par le biais de la formation, la coopération et l'assistance technique, l'amélioration de la gouvernance et la collaboration avec le secteur privé (fondations et organisations de la société civile pour la réalisation des objectifs fixés par la conférence de Tokyo.

Les recommandations de TICAD IV seront introduites dans l'agenda du sommet du G-8 qui se tiendra au Japon du 7 jusqu'au 9 juillet 2008. Le Japon, qui a contribué depuis 1977 au financement de 33 projets en Tunisie dans le cadre des aides publiques au développement (APD), avec un total d'investissements estimés à 2 223 866 dinars (209 447 millions de yens), est le deuxième fournisseur d'aide publique de la Tunisie après la France.

Le gouvernement nippon est intervenu également pour cofinancer une centaine de micro-projets dans les diverses régions tunisiennes (sous forme de dons), avec un total de financements de 4 960 670 dinars tunisiens. Ces projets touchent à tous les domaines de développement régional.

L'aide publique au développement comporte une aide financière non remboursable, une assistance technique, une aide sous-forme de prêt et un soutien financier consacré aux organisations internationales qui participent à des missions de développement et de secours.

"source TAP"
Tag(s) : #articles de presse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :