Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'encours des crédits consentis par le système financier à l'économie tels que recensés par la Centrale des risques et par le fichier des crédits aux particuliers a dépassé 26,2 milliards de dinars au terme de l'année 2006, en progression de 8,1%, taux supérieur à celui enregistré une année auparavant de 2,4 points de pourcentage. Cette accélération a touché principalement l'encours des crédits d'investissement, alors que celui des crédits d'exploitation a légèrement renforcé son accroissement.

Atteignant 15 milliards de dinars au terme de l'année 2006 contre 13,4 milliards de dinars en l'an 2005, l'encours des crédits à moyen et long termes s'est accru de 12,3% contre uniquement 8,5% l'année dernière. Cette évolution s'explique par le renforcement, à des degrés différents, du rythme de progression de l'encours des crédits d'investissement dispensés aux différents secteurs d'activité. L'accélération de l'encours des crédits d'investissement octroyés au secteur de l'agriculture et pêche s'explique par le rééchelonnement de la dette de certaines coopératives opérant dans la collecte et le stockage des céréales. Celle du secteur de l'industrie est attribuée au financement des projets de création, d'extension et de mise à niveau d'entreprises. Le renforcement du rythme de progression de l'encours des crédits à moyen et long termes dispensés au secteur des services s'explique, principalement, par l'accroissement soutenu de l'encours des crédits alloués aux entreprises opérant dans la télécommunication et le commerce. Il convient de signaler, par ailleurs, que les crédits aux particuliers accaparent 32,2% de l'encours des crédits destinés à l'ensemble des services et 19,8% des crédits servis à l'économie.

Passant de près de 10,9 milliards de dinars en 2005 à plus de 11,2 milliards de dinars en l'an 2006, l'encours des crédits à court terme a enregistré un accroissement de 3% contre 2,5% en 2005. Cette légère accélération résulte du renforcement du rythme de progression de l'encours des crédits de gestion servis aux secteurs des services et de l'agriculture et pêche.

Par contre, l'encours des crédits d'exploitation dispensés au secteur de l'industrie a accusé une décélération de son rythme de progression de 3,7 points de pourcentage. 
"source Audinet"

Tag(s) : #articles de presse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :