Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy (Reuters)

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy (Reuters)

NOUVELOBS.COM | 23.02.2009 | 07:33

"Aucun marché financier, aucun produit financier, aucune partie prenante des marchés financiers ne doit être laissé sans règlementation", ont déclaré des responsables du gouvernement allemand en vue de la préparation du prochain G20.



Les dirigeants européens réunis dimanche 22 février à Berlin pour préparer le sommet du G-20 à Londres début avril sont d'accord sur la nécessité de règles d'encadrement du système financier et des fonds spéculatifs, ont déclaré des responsables du gouvernement allemand.
Le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende, le président du Conseil italien Silvio Berlusconi, le Premier ministre britannique Gordon Brown, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, et le président français Nicolas Sarkozy participent à la réunion de Berlin, avec leurs ministres des Finances.
Selon les responsables allemands qui ont requis l'anonymat, ces dirigeants sont convenus "qu'aucun marché financier, aucun produit financier, aucune partie prenante des marchés financiers ne doit être laissé sans règlementation, sans surveillance".

 

Sarkozy avait prévenu


Avant la réunion, le gouvernement allemand avait diffusé un projet de position commune, proposant un système pour améliorer la transparence sur les marchés financiers mondiaux, l'instauration de règles sur la rémunération des dirigeants d'entreprises ainsi qu'un rôle accru pour le Fonds monétaire international (FMI).
Samedi, Nicolas Sarkozy avait souhaité "que l'Europe se prépare à avoir une position commune" sur le sommet du G-20 qui ne soit pas "une position commune sur un faux compromis, un compromis au rabais".
"Je ne m'associerai pas à une réponse de circonstance dont les réponses ne seraient pas à la hauteur des attentes des populations à travers le monde", avait-il averti à l'intention de ses partenaires européens réticents.

Une aide accrue au FMI


"Nous avons décidé que les institutions internationales devraient avoir 500 milliards de dollars pour leur permettre non seulement de faire face aux crises mais aussi pour leur permettre de prévenir les crises", a déclaré M. Brown lors d'une conférence de presse commune.
Notamment le FMI, qui a souligné plusieurs fois ces dernières semaines que ses ressources disponibles, et donc sa capacité à prêter aux pays membres en difficulté, risquaient de s'épuiser si la crise économique perdurait.
"Les ressources du FMI doivent être doublées pour lui permettre d'aider ses membres rapidement et de manière flexible quand ils ont des difficultés", selon les travaux des chefs d'Etat. Le Japon a déjà annoncé son intention de prêter jusqu'à 100 milliards de dollars à l'institution.
Un expert gouvernemental européen a toutefois indiqué à l'AFP qu'au-delà de cette promesse, des divergences existaient encore entre Européens sur "comment on renforce (les) moyens" du Fonds.

Tag(s) : #articles de presse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :