Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

blé

Le russe RIAS Trading met Tunis dans l'embarras

 

Des cargaisons de 350.000 tonnes de blé destinées à la Tunisie et à l’Egypte ont disparu sans laisser la moindre trace, révèle « Le Matin Dimanche » qui paraît à Lausanne. Ces deux pays risquent de ne pas les obtenir, précise le journal suisse. Le trader russe RIAS Trading, basé en Suisse, n’est pas en mesure de les livrer, du moins pas dans les délais fixés initialement.

 

Un responsable de RIAS Trading cité par le journal a reconnu que cette quantité de blé n’était tout simplement pas disponible. Pourtant, note « Le Matin Dimanche », pas plus tard que le 11 novembre dernier, une société de surveillance a bien validé l'existence et la qualité des cargaisons pour rassurer les banques qui ont financé leur acquisition par le trader, en attendant qu’il soit payé par les commanditaires. Les quatre banques concernées sont la BNP Paribas (Suisse), exposée à un défaut de remboursement à hauteur de 80 millions de francs suisses, la Banque Cantonale de Genève (BCG) pour quelque 8 millions de francs, la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) et une « autre banque suisse », pour des montants qui n’ont pas été divulgués.La BCG a implicitement reconnu la véracité de l’affaire. « Le Matin Dimanche » indique qu’elle a diffusé un avertissement sur ses résultats 2010 en baisse de 25% expliquant que l'une des causes de ce recul réside dans « les tensions sur les marchés des denrées agricoles de première nécessité [qui] ont entraîné des difficultés pour quelques sociétés de négoce opérant dans l'arc lémanique [l’aire urbaine autour du lac Léman, NDLR]».


La piste russe


Comment une aussi grosse quantité de céréales a-t-elle pu s’évanouir dans la nature alors que son existence et sa qualité sont censées avoir été établies par une firme spécialisée ? Le journal helvétique estime qu’aucune piste ne doit être négligée : « une fraude de la part du trader, un manquement de la société de surveillance à sa tâche ou une saisie inattendue du blé par le gouvernement russe ». « Le Matin Dimanche » semble néanmoins privilégier cette dernière piste. Il rappelle qu’en août 2010, Moscou « a décrété un embargo total sur les exportations de céréales russes, qui court jusqu'au 31 décembre prochain ». Cet embargo, explique-t-il, visait à « contenir la hausse des prix du blé sur le marché intérieur, engendrée par l'effondrement des récoltes en raison de la canicule estivale ». Il se peut donc « que cette cargaison ait été interdite de sortie par le gouvernement russe », conclut-il en citant une source au courant du dossier.


2 millions de tonnes à importer


Cette affaire n’occasionnera pas des préjudices aux seules banques suisses qui ont financé l’achat de ces cargaisons par RIAS Trading. Elle en occasionnera également aux pays commanditaires, la Tunisie et l’Egypte, qui se trouvent ainsi dans une situation difficile, incapables de satisfaire une demande locale pressante. Pour rappel, la Tunisie doit importer au total 2 millions de tonnes de céréales pour compenser le déficit qui a affecté la récolte de l’été 2010. Cette récolte a enregistré un recul de 56% par rapport à celle de 2009. Elle n’a pas dépassé 1,1 millions de tonnes (contre 2,5 millions de tonnes l’année dernière), de quoi couvrir la consommation locale jusqu’au mois de janvier ou février 2011.Une récente dépêche de l’agence Reuters citant un haut responsable de l’Office des céréales de Tunisie (OCT) souligne que les autorités tunisiennes envisageraient sérieusement la libéralisation progressive des  importations de blé et d’orge, actuellement monopole d'Etat. Cette libéralisation pourrait être achevée dans un délai de cinq ans, selon ce responsable qui a affirmé qu’un cabinet de conseil étudiait actuellement les différents scénario pour la conduire.

 

source : http://maghrebemergent.

Tag(s) : #articles de presse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :