Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Personne n'a pu digérer ce qui s'est passé dans le secteur bancaire, ni ce qui se passe jusqu'à ce jour. d'ailleurs, la barque est trop chargée ces temps-ci, paraît déjà dans un sale état alors que se multiplient les avis de tempête.

C'est pourquoi plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer "la naissance d'une nouvelle dictature"...

***

je souhaite partager avec vous un e-mail que j'ai reçu hier de la part d'un groupe de cadres de la BCT.

FAITES CIRCULER svp

voler.gif

-----------

Nous, jeunes cadres militants de la BCT, déclarons à grande voix que ce qui ce passe à notre banque est une honte pour la révolution et nous sommes affirmatifs que rien ne changera tant que Nabli et Saada gouvernent notre banque.
Il est de notre devoir de citoyens d’alerter l’opinion publique de la gravité de la situation actuelle.
Le constat est là: l’argent volé ne sera ni recensé et ni rapatrié. Les banquiers, qui ont sali la place financière et servi les intérêts de clan Ben Ali sont toujours impunis et libres ( Mohamed Daouas, Taoufik Baccar, Aroussi Bayoudh, Moncef Dakhli, Amor Najii et Mme Kolsom Jaziri, etc ….).
 
Neuf mois après la révolution, nous nous posons une question simple : quand est ce que nous allons juger ces criminels de la finance?


Pourquoi messieurs Nabli et Saada ne réagissent pas à nos demandes et tentent d’enterrer ces dossiers ? Pourquoi est ce que ce ces messieurs essayent de cacher les faits à l’opinion publique ? N’est t’il pas de leur priorité absolue de répondre à ce que demande le peuple aujourd’hui : que justice soit faite ?
 
Nous, jeunes cadres militants, voulons mettre fin à ces agissements qui ne font pas honneur à notre banque et salissent son image, et la notre.
 
Le gouverneur Nabli, rappelons le, a été mis dans ce poste, en toute urgence,par un membre de sa famille : Kamel Letaief, quelques jours après la fuite de son ami Ben Ali.
 
Non qualifié et incompétent pour gérer la BCT, Nabli est un simple pion qui sert aujourd’hui à camoufler les dépassements et irrégularités des responsables de l’ancien régime.
 
Nous rappelons aussi, ceux qui l’ont oublié, que Brahim Saada, nommé vice-gouverneur par Belhassen Trabelsi a été expressément reconduit après la révolution (malgré ses 60 ans passés).
Pourquoi  toute cette urgence à placer ces deux personnes, pourtant complices de l’ancien régime, dans des postes aussi critiques?
Est-ce que notre banque manque de directeurs intègres qualifiés pour occuper ces postes ?
N’aurait-il pas été sage de confier cette lourde responsabilité à une personnalité financière tunisienne intègre ?
 
Monsieur Saada a été reconduit dans ce poste pour étouffer les crimes financiers commis par le régime déchu, par ses confrères banquiers et par lui-même.
 
Ce personnage, qui, par son passé le plus proche, figure sur la liste de la honte, continue à ce jour à faire la pluie et le beau temps à la BCT devant un gouverneur complètement effacé car n’ayant aucune expérience monétaire et financière.
 
Pire encore, Brahim Saada exploite aussi son poste de vice-gouverneur pour servir  l’intérêt purement mercantile de sa fille et de son fils qui raflent à longueur de journée des marchés auprès d’hommes d’affaires et de banquiers soumis à l’autorité d’un père « magouilleur » impliqué en « lettres capitales » dans plusieurs opérations de malversation et de corruption.
 
Public tunisien, notre souffrance est grande quand on continue à voir ces comportements et agissements irresponsables provenant d’un vice gouverneur corrompu et maintenu en fonction irrégulièrement, se réaliser après le 14 Janvier surtout en toute impunité.
 
Ce n’est pas la Tunisie dont ont rêvé nos martyrs. Nous, cadres de la BCT, fidèles à la révolution, demandons de toute urgence à la plus haute autorité de l’état et aux membres de l’Assemblé Constituante, de mettre Brahim Saada immédiatement à la retraite, de lui interdire de quitter le pays, de sceller son bureau et d’ouvrir publiquement son dossier. Nous détenons tous détails et justificatifs sur plusieurs crimes financiers qu’il a commis à la STB, auprès de NAIB Bank, à la STUSID et à la BCT.
 
Compatriotes et militants tunisiens, nous sommes conscients de la gravité de ce que nous dénonçons. Par conséquent, nous étalerons au public les dossiers des crimes financiers commis en faveur de proches du président déchu en citant certains responsables qui les ont autorisés en bonne connaissance de causes :
 
- Octroi de crédits a la famille mafieuse de montants dépassant toute logique financière sans garanties significatives et en marge des procédures les plus basiques d’autorisation. Ces montants auraient pu servir à financier des milliers de projets au profit de jeunes entrepreneurs de la Tunisie profonde.
(Document : Le rapport de la cour des comptes sur la STB).
Nous nous demandons aujourd’hui pourquoi est ce que ce document officiel et public, n’a toujours pas servi à incriminer les responsables de la BCT et de la STB.
 
-          Autorisations de transferts de devises de centaines de millions de dinars sans justifications conformes à la réglementation en vigueur. Les fichiers informatiques de nos serveurs attestent de ces opérations. Quelques banquiers,avec l’aval de notre banque, ont même transféré de l’argent aux membres du président déchu après le 14 Janvier (cas de Slim Chiboub pour financer ses écuries en France).
 
-          Octroi de statuts de non résidents aux sociétés fictives de la famille notamment à celles de Sakhr Materi et Belhassen Trabelsi. Le plus gros de ces opérations a été autorisé par l’opportuniste Taoufik Baccar, et la vipère Mme Kolsom Jaziri, promue pour ces raisons,PDG de la Banque Tuniso-Libyenne (BTL) et puis de la Banque Tuniso Emiratie (BTE), poste qu’elle occupe jusqu’à maintenant. Nous demandons à ce que cette dame soit démise de ses fonctions, interdite de voyage jusqu’à ce que la justice se prononce sur les crimes financiers qu’elle a commis.
 
-          Abandon d’agios et de principal de crédits de centaines de millions de dinars sans justifications économiques : cas du dossier le plus récent, pour ne citer que ce dernier, de l’hôtel Palace de Gammarth propriété, de façons douteuses de Belhassen Trabelsi. Cette opération a été orchestrée et conduite par Brahim Saada alors PDG de la STUSID. La liste est grande et les impliqués sont nombreux. Nous redoutons aujourd’hui la destruction de quelques preuves par Brahim Saada et espérons que nos directeurs, nos chefs de services et nos employés honnêtes et intègres doublent de vigilance pour les identifier, recenser et protéger.
 
Public tunisien et hauts responsables du pays, si les affaires vont bien à la BCT, ce n’est nullement grâce à la gouvernance actuelle de la Banque Centrale mais surtout à notre labeur, à notre attachement au pays et aussi à la bonne conduite des affaires économiques et politiques par le gouvernement de transition.
 
Notre banque reste toujours fidèle aux principes de crédibilité inculqués par le combattant suprême Habib Bourguiba et par la grand gestionnaire et notre ancien gouverneur Hédi Nouira.
 
Nous demandons avec insistance des changements urgents et profonds :
-          Une rupture avec le passé et l’introduction d’un nouvel esprit de gouvernance à notre banque.
-          Mettre fin aux fonctions des gouverneur et vice gouverneur de la banque et de sceller leurs bureaux respectifs. La gestion temporaire de notre banque serait assurée par les excellents directeurs généraux dont on dispose.
-          Désignation d’une nouvelle équipe d’inspection de premier ordre, dépendant directement de premier ministère. Les membres de cette équipe de technocrates doivent être intègres et n’ayant aucune implication avec l’ancien régime. Quelques membres de la société civile et des partis politiques doivent y participer. Les rapports d’une telle commission devraient être rendus publics afin que le peuple sache la vérité sur les crimes commis à son encontre.
 
Nous restons prêts et vigilants pour poursuivre la réalisation des objectifs de la révolution et pour faciliter le travail des inspecteurs en leur confiant tous les dossiers accablants en notre possession.
 
Vive la Tunisie démocratique.
Vive la Tunisie libre.

 

**********************

 

Tag(s) : #j'accuse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :