Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les petits actionnaires ont beau revendiquer, demander, quémander, supplier, rire et applaudir pour amadouer le Pdg de la BNA (Banque Nationale Agricole) pour qu’il augmente leur dividende qui était de moins de 0,5 DT, Moncef Dakhli et son Conseil sont restés intraitables, insensibles et impassibles. Il n’y aura que ça et rien d’autre, même pas une promesse solennelle d’augmenter le dividende l’année prochaine.

La Banque a pourtant bien augmenté son  bénéfice de 31,7 MDT à 40,2 MDT, certes en partie grâce aux 7,5 MDT de plus-value sur cession de titres de participation. La direction refuse cependant de lier le dividende au bénéfice, et le Pdg se limite à lire un texte où il dit avoir augmenté de 12 % le dividende et estime «raisonnable » cette augmentation, qui, dit-il ,«tient compte des intérêts des actionnaires et des besoins futurs de la banque ».

Un risque maîtrisé, mais des créances accrochées qui ne diminuent pas.

Mais comme on ne parlera pas que « des trains qui arrivent à l’heure », il nous semble important de noter que cette banque publique, bras du gouvernement tunisien pour financer l’agriculture, n’a vu augmenter ses crédits à la production agricole au cours de l’exercice 2009, que de 1,6 % contre une hausse de 5,1 % au cours de l’exercice 2008. Ses crédits pour la commercialisation agricole ont baissé de 69,6 % pour cause de contraction des engagements de l’Office des céréales. Et contrairement à sa vocation initiale, la BNA s’oriente de plus en plus vers le crédit aux industriels privés et aux particuliers. Ses décaissements dans ce sens ont augmenté de 10 % et ses engagements de 13,5 %.

On fera noter aussi, comme le dit même le bilan de la banque, que les «performances en matière de maîtrise de la qualité des risques [de la BNA], ne se sont pas traduites par une baisse des créances classées » qui restent  au niveau de 12 % (11,89 pour l’exactitude, contre 11,88 % en 2008). Et malgré la plus-value de 4,1 MDT de la vente de sa participation à l’UTB (Union Tunisienne de Banque),  le rendement du portefeuille-titre commercial de la BNA a accusé une baisse de 10 %. On retrouve ainsi les éternelles « casseroles » de cette banque publique. Il en est ainsi de  sa filiale informatique TIS, déficitaire de 129 mDT, sa filiale immobilière Medina dont le résultat net baisse (119 mDT contre 591 mDT) et l’autre immobilière « Les Œillets » dont le chiffre d’affaires baisse de 38 % et le RN qui tombe à 229 mDT contre 340 mDT une année auparavant.  Force est pourtant de constater que la liste des «casseroles» a diminué par rapport au document du bilan consolidé distribué l’année dernière.

La question zappée de la Cour des Comptes.

Ces remarques faites, il est à signaler  que la séance de l’Assemblée générale a été marquée par une assez importante participation des petits actionnaires. L’une des plus importantes a été celle de cet actionnaire père de  famille qui tentait, vainement, de rembourser un crédit d’études et qui n’arrive pas à trouver un vis-à-vis unique et décisionnel. Le Pdg l’interrompra pour cause de dossier privé. Ceci  n’en demeure pas moins indicatif d’un manque au niveau de la qualité des services dont, par exemple, comme le fera remarquer un journaliste de la place présent, l’absence de chargé client. Une qualité des services qui fera l’objet de quelques critiques, auxquelles le Pdg répondra par un rappel du prix de la meilleure agence en qualité des services. Mais ce qui est valable pour une agence peut-il être généralisé à toute la banque ?

Le même journaliste a demandé au Pdg de s’expliquer sur le contenu du dernier rapport de la Cour des Comptes sur la gestion de la BNA. Un rapport très critique à ce sujet. Visiblement agacé par cette question, Moncef Dakhli zappera la question et répondra à toutes les autres sauf celle du journaliste présent. Ce dernier la lui rappelle et le Pdg, encore plus agacé, finit par dire qu’il a déjà répondu à la Cour des Compte et qu’il n’a pas à s’en expliquer en assemblée générale.

source africanmanager.com

le 24.05.2010

Tag(s) : #j'accuse

Partager cet article

Repost 0